Le vaccin contre la grippe saisonnière change chaque année en fonction des nouvelles souches émergentes. Il faudra donc le renouveler tous les ans. Mais certaines situations comme l’obésité ont un impact important sur l’efficacité du vaccin antigrippal et sèment le doute dans l’esprit de chaque individu.

Se faire vacciner contre la grippe saisonnière ou pas ?

Dois-je me faire vacciner ou pas ? Depuis la pandémie de la grippe A, la population française est devenue réticente à l’égard du vaccin contre la grippe saisonnière. Certaines personnes évoquent même son efficacité qui plafonne à hauteur de 60%. Pourtant, se faire vacciner est le meilleur moyen de se protéger contre l’épidémie selon les spécialistes. Quatre personnes atteintes par la grippe valent mieux que dix selon toujours leurs avis.

Le vaccin antigrippal et l’obésité

D’après une étude menée par des chercheurs américains, l’obésité réduit l’efficacité du vaccin contre la grippe saisonnière. La preuve est que le taux d’anticorps présent chez les personnes en excès de poids est largement peu élevé que chez les autres personnes ayant un poids santé. La protection conférée par la vaccination antigrippale ne dure donc pas longtemps chez les personnes obèses.

Chez les tout-petits, le surpoids diminue également l’efficacité des vaccins contre le tétanos et l’hépatite B. Mais cet état des choses ne doit pas empêcher les parents d’immuniser leurs enfants au bon moment. De même, les personnes obèses devront penser à se faire vacciner contre la grippe saisonnière et prendre les précautions nécessaires en guise de prévention.

Toujours se faire vacciner malgré son efficacité limitée

Les personnes vaccinées contre la grippe saisonnière sont immunisées à hauteur de 60%. Même si ce taux est jugé faible par rapport à l’efficacité des autres vaccins qui protègent jusqu’à 95%, il serait toujours mieux de se protéger surtout lorsque la santé est fragile ou que le système immunitaire est faible. Le résultat obtenu à partir d’un vaccin vivant administré par voie nasale est plus élevé que celui procuré par le vaccin inactivé injectable.

Parlons-en :