Le Text Neck est une nouvelle pathologie touchant la plupart des utilisateurs d’un dispositif portatif électronique comme le smartphone, la console de jeu vidéo, le lecteur mp3, l’ordinateur portable, etc. Toutes les catégories d’âge sont susceptibles d’être touchées par le Text Neck.

Text Neck : maladie due à la sur-sollicitation du cou

Le Text Neck n’est pas une maladie ordinaire. Il se situe au même rang que le Facebook Depression, le Tennis elbow ou encore à la tendinite du pouce suite à l’envoi de nombreux SMS. Un chiropraticien américain a même créé un institut ayant pour objectif la formation de professionnels de santé pour la prise en charge du Text Neck. Cette pathologie peut entrainer d’autres maux chez les texto addicted.

Les causes du Text Neck

D’après un chiropracteur britannique, la tête humaine pèse entre 4,5 et 5,5 kg. Il arrive que chacun adopte une mauvaise posture lorsqu’il envoie des tonnes de SMS, lorsqu’il regarde la télé ou encore quand il joue au jeu vidéo. Au bout d’un certain temps, une douleur diffuse se répandra dans le cou et à l’épaule. Elle sera accompagnée d’un mal de tête : c’est le Text Neck.

Le Text Neck peut également être la cause de plusieurs maux comme les hernies discales, les élongations musculaires, les difficultés respiratoires, l’arthrite, la gastro-intestinale, etc. Le poids de la tête qui se penche en avant entrainerait une forte tension au niveau des muscles du cou, de la nuque et des épaules. A long terme, des problèmes de santé plus graves pourraient se développer si la mauvaise posture devient une mauvaise habitude chez le patient.

Comment prévenir le Text Neck ?

Les chiropracteurs proposent plusieurs solutions pour éviter le Teck Neck. Ils suggèrent par exemple la tenue de tout appareil portatif mobile à la hauteur du visage, la diminution ou l’espacement du temps d’envoi de SMS, la réalisation de quelques étirements après être resté dans une mauvaise posture sur une longue période, etc. La meilleure solution pour fuir le Text neck serait de ne pas devenir accro à ces appareils.

Parlons-en :