Les officines françaises en danger.

Une lourde menace de faillite pèse sur les pharmacies françaises depuis le début de l’année 2011. La situation n’était pas déjà brillante l’année dernière car rien que dans la région Midi-Pyrénées, 12 pharmacies ont mis la clé sous la porte. Sur tout le territoire français, le dépôt de bilan se chiffre à 167 pharmacies. D’après les estimations d’un spécialiste de l’information économique, 25% des officines seront amenées à disparaître à la fin de cette année si aucune mesure ne sera prise par l’Etat.

Pourquoi les pharmacies sont en faillite ?

Le métier de pharmacien est plus difficile que celui de médecin car le premier ne peut s’installer n’importe où. A titre d’exemple, une pharmacie qui ouvre ses portes dans une localité déserté par un médecin ou un cabinet médical risque de faire faillite rapidement à défaut de prescripteur. Les charges seront plus importantes que les chiffres d’affaires. Les déremboursements progressifs entrepris par l’Etat n’ont pas arrangé la situation des pharmacies.

De l’autre côté, le manque de soutien des banques et la flambée des fonds de commerce n’encouragent pas les professionnels à investir dans une pharmacie. De ce fait, le nombre d’officines créées est mince tandis que celles existantes sont appelées à disparaître à petit feu. En guise de solution, les pharmaciens demandent la mise en place d’un plan d’urgence.

Quelques suggestions pour sortir les officines de l’impasse.

Un pharmacien exerçant dans le milieu rural a avancé quelques idées pour sortir les officines de la crise. Parmi elles, on peut citer les services rémunérés comme la prise de tension, la participation à des opérations de dépistage, la prescription de médicaments aux patients, etc. La loi Hôpital – Patients – Santé et Territoire est une source de nouvelle piste de réflexion avec l’hospitalisation à domicile par exemple.

Parlons-en :