D’après la définition donnée par l’Organisation mondiale de la santé – OMS, l’ostéoporose est une altération généralisée du squelette et la perte progressive de la densité des os entraînant une faiblesse osseuse et un risque important de fracture.

Prévenir les risques d’ostéoporose

D’après les statistiques données par le Groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses – GRIO, c’est une pathologie qui touche 3 millions de femmes ménopausées sur le territoire français. Au-delà de 60 ans, une femme sur deux et un homme sur cinq sont concernés par l’ostéoporose. Tous les ans, 130 000 fractures sont causées par cette maladie. Cette maladie reste inaperçue jusqu’à ce que les patients se brisent l’os du fémur ou des vertèbres.

Les causes de l’ostéoporose

Une personne atteint sa masse osseuse maximale vers son vingtième anniversaire. Ensuite elle perdra chaque année 0,5% de ses os. L’optimisation des tissus osseux s’obtiendra par la pratique régulière d’un exercice physique et d’une alimentation riche en calcium. Les femmes sont particulièrement visées par l’ostéoporose car durant la ménopause, la perte de leur masse osseuse pourra s’élever jusqu’à 3%.

Plusieurs facteurs de risque dont certains sont évitables sont à l’origine de l’ostéoporose. Font partie de ces causes évitables le tabagisme, la consommation excessive d’alcool, le déséquilibre alimentaire, la maigreur, l’absence d’activité physique, etc. Certains critères comme l’âge, la morphologie, le sexe, les antécédents familiaux y sont également pour quelques choses.

Prévoir le risque d’ostéoporose par le dépistage systématique

Actuellement, les moyens à la disposition des ménages sont nombreux pour dépister de façon précoce l’ostéoporose. Il ne faut pas attendre d’avoir une fracture pour mesurer la densité osseuse. D’autant plus que cette pathologie peut entrainer la dépendance de la personne touchée et altérer sa qualité de vie. Un dépistage précoce est particulièrement recommandé aux femmes entrant dans le stade de la ménopause.

Parlons-en :