D’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail – Anses, les troubles musculo-squelettiques – TMS sont devenus de plus en plus nombreux ces dix dernières années. Il en est de même pour les risques psychosociaux – RPS.

Les TMS et les RPS : deux nouvelles pathologies montantes

Le nombre de troubles musculo-squelettiques et de troubles psychosociaux enregistrés depuis quelques années accuse une hausse significative nous révèle l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail – Anses. Selon les Centres de consultation de pathologies professionnelles, ils sont même la première cause des maladies afférentes au travail.

Les troubles musculo-squelettiques plus fréquents chez les femmes

Chez les hommes, les maladies liées au travail les plus fréquentes sont les pathologies respiratoires, les troubles mentaux et les troubles du comportement. Chez les femmes, les troubles musculo-squelettiques, les troubles psychiques ainsi que les maladies cutanées arrivent à la première place.

Les troubles musculo-squelettiques – TMS ne sont pas uniquement douloureux. Ils provoquent chez les travailleurs des déficits fonctionnels pouvant entraver leur carrière professionnelle. Les troubles musculo-squelettiques peuvent toucher la main, le poignet, les doigts, le coude et l’épaule. Plusieurs signes cliniques peuvent conduire le médecin à diagnostiquer ces pathologies chez un patient.

Comment prévenir les troubles musculo-squelettiques ?

Quelques précautions permettent d’éloigner les troubles musculo-squelettiques. Le poste de travail doit par exemple être ajusté à la constitution du travailleur. Il est recommandé également de ne pas accomplir trop de taches répétitives, de ne pas soulever des poids lourds à main nue, d’absorber les vibrations avec des outils appropriés, d’informer les travailleurs sur les positions à éviter pour ne pas souffrir de troubles musculo-squelettiques, etc.

Parlons-en :