La broncho-pneumopathie chronique obstructive – BPCO est une pathologie qui touche de plus en plus de personnes en France. La tenue de la Journée mondiale contre la BPCO est une bonne occasion pour faire connaître au grand public ses facteurs de risque et ses manifestations cliniques.

BPCO : campagne d’information et de dépistage au rendez-vous

La Journée mondiale contre la broncho-pneumopathie chronique obstructive – BPCO est célébrée le 16 novembre. A cette occasion, un dépistage gratuit ainsi que des séances d’information se tiendront dans plusieurs villes françaises. La broncho-pneumopathie chronique obstructive – BPCO affecte près de 3,5 millions de personnes sur le territoire français. Sa principale cause serait le tabagisme selon l’avis des spécialistes.

La BPCO : une pathologie peu dépistée

Plus de deux patients sur trois atteints de la broncho-pneumopathie chronique obstructive – BPCO ignorent leur état de santé. Pourtant, environ 3 millions de personnes en succombent chaque année dans le monde et 210 millions de patients ne peuvent pas se passer de masques à oxygène pour survivre.

Durant la Journée mondiale contre la broncho-pneumopathie chronique obstructive – BPCO, le Comité contre les maladies respiratoires – CNMR incite les personnes présentant certains symptômes : essoufflement, toux, expectoration chronique, etc. à mesurer leur souffle surtout arrivées à la quarantaine.

La réhabilitation respiratoire pour améliorer la qualité de vie

Les pneumologues incitent les patients à pratiquer une rééducation respiratoire en plus des traitements médicamenteux afin de réduire leur handicap et améliorer leur condition de vie. Les séances comprennent plusieurs pratiques : épreuve d’effort respiratoire, kiné respiratoire, sevrage tabagique, éducation thérapeutique, conseil nutritionnel, aide psychosociale, etc. La rééducation respiratoire n’est pas à la portée de tous les patients car elle n’est pas remboursée par la CNAMTS et ne pourra être pratiquée qu’auprès d’un centre pour insuffisant respiratoire.

Parlons-en :