Perdre du poids reste (relativement) facile quand il s'agit de quelques kilos. Par contre, si on veut éviter le fameux effet yoyo, qui décrit un rebond de poids plus important à la fin du régime, suivi d'un nouveau régime, puis encore d'une reprise de poids… il est essentiel de respecter son organismes.

Les méfaits de l'effet yoyo

Entendons-nous bien : l'effet yoyo n'a rien à voir avec un cycle annuel habituel, où nous prenons un peu de poids pendant l'hiver, que nous reperdons à l'approche de l'été, du moins tant que cette prise et cette perte de poids se limitent à un à trois kilos.

Le véritable effet yoyo, lui, va conduire à une courbe de poids ascendante, quels que soient les régimes que l'on fait, on reprend toujours plus que ce qu'on a perdu.

Psychologiquement, c'est dévastateur.

Mais surtout, cela apprend au corps qu'après la période de restriction revient toujours la période de l'abondance, puis une nouvelle période de restriction. Le corps apprends donc à stocker pendant la période d'abondance, ce qui rend la perte de poids de plus en plus difficile, voir impossible.

De plus, quand il a lieu sur une grande ampleur (perte de plus de dix kilos à chaque fois) il fatigue l'organisme et le coeur.

Comprendre les mécanismes de prise de poids pour les combattre

On ne prend pas de poids par hasard. On ne prends pas non plus de poids simplement parce qu'on mange "trop" et qu'on ne fait pas assez attention, comme le prétendent de nombreux messages culpabilisants.

Les mécanismes de prise de poids sont variés, et parfois se combinent de façon complexe.

Savoir quels sont les bons aliments

Au premier rang vient, tout simplement, le manque de connaissances en diététique. Savoir quels sont les bons aliments, comment équilibrer un repas, apprendre à lire les étiquettes, à éviter les plats tout préparés surchargés en sucre, en sel, en additifs… tout cela demande des connaissances de base.

Le problème, c'est qu'il ne suffit pas de les acquérir. Généralement, des années de "malbouffe" ont eu un effet sur les habitudes du corps, qu'il va falloir changer.

Apprendre à gérer sa prise de nourriture

La deuxième cause de la prise de poids réside dans une mauvaise organisation de ses repas : pas de petit-déjeuner, des repas trop vite avalés, une pause-déjeuner supprimée ou remplacée par un simple sandwich pour pouvoir faire des courses, un grignotage un peu trop important entre les repas…

Le métabolisme et les problèmes de santé

Chaque personne a son propre métabolisme. Certaines "brûlent" tout, d'autres stockent même l'odeur du croissant. Des déséquilibres hormonaux ou endocriniens, pire, la prise de cortisone, peuvent entraîner des prises de poids contre lesquelles il est impossible de lutter.

Le poids comme une réponse à d'autres problèmes

Enfin, la prise de poids peut être une réponse à un problème psychologique, à des angoisses, soit par le réconfort que procure la prise de nourriture ("comfort food") soit par des bénéfices induits de la prise de poids (éviter sa féminité, par exemple).

Une réponse adaptée à chaque problématique

L'identification des causes facilite la perte de poids.

L'amélioration de la composition des repas et celle des habitudes alimentaires va souvent de pair. Des livres de recettes, une planification des achats et des repas sur toute la semaine, des astuces comme ne jamais se resservir ou utiliser de plus petites assiettes permettent souvent d'éliminer rapidement les surpoids légers.

L'identification des causes physiques permet de proposer des traitements appropriés. De la même façon, un support psychologique permet d'accompagner la perte de poids.

Quoi qu'il arrive, celle-ci doit se faire de manière progressive. Surtout, il est essentiel de prévoir une phase de transition à la fin du régime, avec un élargissement progressif des aliments permis. C'est l'essentiel pour éviter le yoyo. Cette phase de transition doit être au moins aussi longue que la phase de régime. Elle permet alors une stabilisation du poids à long terme.

Parlons-en :