Certaines personnes hésitent à prendre une complementaire santé pour ne pas avoir à payer chaque mois une cotisation mutuelle. Pourtant, les dépenses de santé seraient plus chères que le tarif demandé par les mutuelles en cas de maladie ou d’accident.

La complémentaire santé est-elle indispensable ?

Les citoyens n’arrivent pas à saisir l’utilité d’une complémentaire santé lorsqu’ils n’ont pas de besoins en santé élevé ou qu’ils sont célibataires, sans attache et sans trop de charges. Pour les familles nombreuses et les seniors par contre, la complémentaire santé devient une protection santé indispensable voire même vitale. Ils font tout pour trouver la couverture santé qui pourra satisfaire leurs besoins en santé.

Que prend en charge la complémentaire santé ?

La complémentaire santé rembourse toutes les dépenses de santé non prises en compte par l’Assurance maladie et le ticket modérateur qu’elle laisse à la charge de l’adhérent. En outre, la complémentaire santé facilite la vie des assurés en leur évitant toute avance de frais ou encore en transmettant automatiquement leurs feuilles de soins.

Les adhérents devront connaître dès le départ les garanties mutuelles santé dont ils vont bénéficier ainsi que le niveau de remboursement alloué à chaque poste santé. Une demande de devis mutuelle santé les aidera à mieux comprendre leur contrat de complémentaire santé avant la signature.

La vie sans complémentaire santé

Pour les personnes qui ne sont pas couvertes par une complémentaire santé, les dépenses de santé pourraient être exorbitantes en cas de maladie ou d’accident. Ils ne peuvent compter que sur la prise en charge du régime obligatoire. Les frais de santé non inclus dans les remboursements de l’Assurance maladie resteront à leurs charges : implants dentaires, chambre particulière en hospitalisation, etc. Pour être convaincus de la nécessité de la protection d’une mutuelle, les ménages pourront voir et discuter des avantages d’avoir une complémentaire santé en se rendant sur le forum sur la mutuelle santé.

Parlons-en :