D’après l’édition 2010 de l’Observatoire sociétal de la santé et de la qualité des soins en France, 88 % Français sont satisfaits par notre système santé. Ils se disent également prêts à faire des efforts en payant plus de cotisations sociales.
Si les Français reconnaissent dans leur grande majorité la qualité de leur système de santé, ils restent en revanche inquiets quant à son évolution et la pérennité de l’assurance maladie telle qu’elle existe aujourd’hui.
Près d’un tiers des Français seraient ainsi prêts à payer plus de cotisations pour réduire le déficit de la Sécurité Sociale. Les ménages ont conscience du problème de déficit de la Sécu et estiment d’ailleurs que le meilleur moyen de lutter contre ce déficit serait de limiter les gaspillages et les abus des patients. A fortiori certains vont même jusqu’à penser que les abus et fraudes de quelques patients font augmenter leurs dépenses de santé. 83 % estiment que cette lutte serait efficace.

Le coût de la santé jugé trop cher

Les ménages estiment que le « reste à charge » est trop élevé. Cela représente une réelle faiblesse du système pour 21 % d’entre eux. Notamment les soins dentaires ou encore l’optique (lunettes, lentilles) sont trop élevés pour 66 % des ménages.

Inquiétude face à l’avenir de la qualité des soins

59 % de Français sont inquiets concernant l’évolution de la qualité des soins en France dans les 10 prochaines années à venir. Les inégalités perçues se creusent pour 15 % des consommateurs interrogés.

Cette étude menée par l’Observatoire Générale de Santé et qui a pour objectif d’améliorer l’accès à l’information pour les ménages démontre que les Français n‘ont pas conscience de la réalité économique du coût des soins, et ce faute d’un manque d’information. Par exemple, lors d’une série de questions posée sur la complémentaire santé, les Français estiment le coût d’une journée d’hospitalisation à 498 €. Alors que le coût réel d’une journée d’hospitalisation est deux fois supérieur.

Les Français demandent des outils de comparaison des tarifs des mutuelles

Les consommateurs ont émis le souhait d’avoir à leur disposition des outils de comparaison officiels leur permettant de comparer les tarifs et les prestations proposées.

C’est globalement une réelle prise de conscience des consommateurs qui se dégage de cette étude. Une prise de conscience qui passe aussi par l’engouement des français à vouloir réaliser des économies.

Parlons-en :